Les Troubles du comportement alimentaire

Les Troubles du Comportement Alimentaires sont communément appelés les TCA. Ceux-ci ne sont pas toujours bien comprises du grand public.

Quelques mots pour mieux comprendre…

Il existe trois formes cliniques principales de TCA :

  • l’anorexie mentale : la restriction alimentaire excessive et paradoxale aboutit à un poids trop bas; elle peut alterner avec des épisodes de boulimie (anorexie «mixte»)
  • la boulimie : des «crises» de consommation incontrôlée de nourriture sont suivies de comportements anormaux (souvent vomissements) pour maintenir le poids
  • l’hyperphagie : la consommation massive et brutale de nourriture, pendant les repas ou en dehors, mais sans vomissement, conduit rapidement à une obésité.

Il existe des formes moins typiques ou débutantes de TCA (régimes, grignotage, troubles digestifs…).

Toutes les formes de TCA ont des points communs : obsessions alimentaires, phobies, peur de grossir, dépendance à l’alimentation, angoisses, dépression, culpabilité etc… Les TCA sont des addictions (dépendances) à un produit (nourriture) ou un comportement (restriction, vomissements, hyperactivité…), parfois associées à d’autres addictions (tabac, alcool, internet…). Dans certains cas, leur sévérité peut nécessiter une hospitalisation. Heureusement, la mortalité liée aux TCA a beaucoup diminué : les progrès médicaux permettent d’obtenir une guérison ou une amélioration réelle chez la plupart des patients.

L’obésité résulte d’une augmentation de la corpulence et de la masse grasse. Parmi ses multiples causes, on retrouve souvent une hyperphagie, des facteurs psychologiques (dépression), un déséquilibre alimentaire, un manque d’activité physique… L’obésité expose à de nombreuses complications (diabète, hypertension, problèmes respiratoires, articulaires, cardiaques…); dans certains cas, la chirurgie peut-être nécessaire, mais nécessite une prise en charge médicale rigoureuse avant et après.

Les TCA et l’obésité sont souvent favorisés par les stress en tous genres de la vie, qui perturbent le «dialogue neuro-hormonal» entre le tube digestif et le cerveau assurant un comportement alimentaire régulier, adapté et un bon équilibre psychologique. Une recherche active se poursuit pour mieux comprendre et traiter ces maladies.

Les TCA et l’obésité sont des maladies globales qui doivent être soignées le plus tôt possible, de façon active et multidisciplinaire (nutritionniste, diététicien, psychiatre, psychologue, infirmière, kinésithérapeute, chirurgien etc…). Ces maladies réduisent la qualité de vie personnelle, affective, familiale, professionnelle, et les patients sont souvent incompris voire stigmatisés dans la société… Un soutien aux patients et à leur entourage est donc particulièrement nécessaire.

Ce que sont les TCA :

  • De véritables maladies aux visages variés
  • Ne surviennent pas par hasard
  • Touchent de nombreux adultes et pas seulement des adolescentes
  • De plus en plus fréquentes
  • Douloureuses pour les malades et leur entourage
  • Parfois encore grave, rarement mortelle

Un TCA ce n’est pas :

  • Un style de vie
  • Un phénomène de société
  • Une crise d’adolescence
  • Une pseudo-philosophie
  • Une simple dépression passagère
  • Une fatalité dans un famille d’anorexique
  • Un mal irréversible et incurable

Qu’est ce qui conduit à un TCA ?

Les causes peuvent être nombreuses et variées. Néanmoins, les chercheurs ont identifié quelques facteurs de risque :

  • Stress
  • Violences (psychologiques, physiques, sexuelles)
  • Maladies, accidents, deuil
  • Stress scolaire, universitaire, professionnel…
  • Facteurs familiaux : dépression, addictions, TCA, séparations parentales
  • Périodes de vulnérabilité particulière: adolescence, adulte jeune, grossesse et post-partum
  • Facteurs génétiques

Quels symptômes ?

Pour l’anorexie mentale, divers signes physiologiques sont évoqués : perte de poids insolite, repli sur soi, hyperactivité physique, insomnie, troubles digestifs, troubles du cycle menstruel pour les femmes, IMC faible.

Lorsque la maladie est plus avancée, le diagnostic est établit grâce aux critères suivants :

  • Incapacité de maintien du poids à un niveau suffisant
  • Peur de reprendre du poids
  • Déformation de l’image du corps (dysmorphobie)
  • Arrêt des règles (perte libido)

En ce qui concerne la boulimie, les signes physiologiques sont les suivants : fluctuations de poids paradoxales / alimentation normale voire importante, reflux gastro-oesophagien, lésions dentaires, faciès gonflé, malaises, poids relativement normal

Dans un stade plus avancée, la maladie se présente sous la forme d’ingestion massive de nourriture, de perte de contrôle, de culpabilité et de suivis de manœuvres de compensation (vomissements, laxatifs, hyperactivité) au moins 3 fois par semaine pendant 3 mois.

Comment réagir ?

La solution la plus adaptée est de consulter son médecin traitant et/ou de se diriger vers le service adapté (nutrition) d’un centre hospitalier. L’association Nourrir la vie propose également de l’aide face aux TCA ainsi que des groupes de paroles.

Pour plus d’informations sur cette maladie, nous t’invitons à regarder la vidéo d’une présentation du Pr Pierre DECHELOTTE lors de la « semaine du cerveau 2011 ».

Pr Pierre DECHELOTTE, Responsable de l’unité de nutrition du CHU de Rouen

Lienshttp://www.nourrirlavie.asso.fr/

Les commentaires sont fermés.