Le tabac qu’est ce que c’est ?

Une cigarette ne contient que des éléments nuisibles à la santé des consommateurs :

  • 4000 composés chimiques dont 50 sont cancérigènes
  • La nicotine (responsable de la sensation de manque et de la dépendance)
  • Du monoxyde de carbone (diminution des capacités physiques et sexuelles, maux de tête, fatigue chronique…)
  • Des goudrons (principaux responsables des cancers)
  • Des substances irritantes (acétone, des phénols et de l’acide cyanhydrique) qui combinées aux goudrons favorisent les bronchites chroniques
  • Des agents de saveur
  • Des composants antimites (naphtalène)
  • Du carburant (méthanol)
  • Des solvants (toluène)
  • Du poison (arsenic)
  • Des métaux lourds comme du plomb et du mercure.

Une partie de ses composants provient de la culture en elle-même du tabac (pesticides et produits radioactifs). Le reste provient de l’industrie du tabac : l’ammoniac est ajouté pour favoriser la fixation de la nicotine.

En Janvier 2014 l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’université de l’État de Washington (nord-ouest), a publié une étude sur l’évolution de la consommation mondiale de tabac. D’après les résultats il existe toujours un décalage de consommation selon le genre : 31 % des hommes fument contre 6,2 % chez les femmes. Entre 1980 et 2012, la prévalence du tabagisme a baissé de 42 % parmi les femmes et de 25 % chez les hommes dans 187 pays. Le Canada, le Mexique, l’Islande et la Norvège ont réduit de plus de 50 % la proportion de fumeurs des deux sexes au sein de leur population. La Barbade, le São Tomé et le Nigeria se partagent le podium des plus faibles prévalences du tabagisme masculin, tandis que l’Érythrée, le Cameroun et le Maroc ont les plus faibles proportions de fumeuses (moins de 1 %).

D’un autre côté, la hausse démographique mondiale a favorisé à une augmentation globale de 41 % du nombre d’hommes et de 7 % du nombre de femmes qui fument quotidiennement. En 2012, la prévalence des fumeurs était plus élevée chez les hommes que chez les femmes dans quasiment tous les pays, à l’exception de la Suède. Plus de 50 % des hommes fument quotidiennement dans plusieurs pays, en particulier en Russie (51 %), en Indonésie (57 %) et en Arménie (51,7 %). La proportion de fumeuses bat des records en Grèce avec 34,7 %, suivie par l’Autriche (28,3 %), la France (27,7 %) et le Chili (26 %). Les fumeurs ont consommé en moyenne plus de 20 cigarettes par jour dans 75 pays en 2012.En Chine, le nombre de fumeurs a augmenté de près de 100 millions. 

Selon un aide-mémoire de l’OMS de juillet 2013, le tabac tue la moitié de ses consommateurs, soit près de 6 millions de personnes chaque année.

tabac

 

 

Expérimentateur en France

Au moins un usage au cours de la vie : 34,8 millions

Usage quotidien en France : 11,8 millions.

A 17 ans (2005)

  • Garçons 33,6%
  • Filles 32,3%.

Le pic de consommation se situe entre 30 et 35 ans et diminue fortement après 50 ans.

Chez les adultes :

Hommes fumant régulièrement

  • 1980 44%
  • 2003 30%

Femmes fumant régulièrement :

  • 1980 16 %
  • 2003 22 %

A noter qu’à 17/18 ans, 5% des filles et 3% des garçons disent déjà être d’anciens fumeurs.

Pour la population masculine de 15 ans et plus

Chez les consommateurs réguliers, on relève :

  • 1915 1 cigarettes/jour
  • 1935 3 cigarettes/jour
  • 1950 5 cigarettes/jour
  • 1980 9 cigarettes/jour
  • 2006 plus de 10 cigarettes par jour

Les femmes commencent à fumer à la fin de la 2ième guerre mondiale :

  • 1965 1 cigarettes/jour
  • 1985 3 cigarettes/jour
  • 1990 3,5 cigarettes/jour
  • 2006 plus de 10 cigarettes par jour.

Les cigarettes roulées ne cessent de voir leur part diminuer jusqu’en 2003 :

Avant 1945 : 2/3 de tabac fumé sous forme de cigarettes roulées.

Puis diminution très forte (la consommation des cigarettes devenant négligeables à la fin de 20ième siècle pour reprendre vers les années 2000.

Entre 2003 et 2004, on note une augmentation de 17% de la vente de tabac à rouler.

En 2006, 7% des fumeurs utilisent des cigarettes roulées et 13% des jeunes.

Chez les étudiants, une enquête réalisée par la Mutuelle des étudiants montre une diminution forte entre 2002 et 2005 puisque on passe de 31,8% de fumeurs à 21,8% (par contre l’alcool est en nette augmentation avec pour ¾ d’entre eux une consommation au moins hebdomadaire. )

Depuis 2005, la proportion d’étudiants qui fument semble remonter.

L’autre indicateur du tabagisme est représenté par les ventes
55 milliards de cigarettes ont été vendues en 2004 par les buralistes, soit un chiffre d’affaire de prés de 15 milliards d’euro.

La baisse des ventes a été de 20% en 2004 et de 13,5% en 2003, mais ces ventes ont remonté en 2006. (+1,8% pour la consommation de cigarettes par rapport à 2005, et +2% en chiffre d’affaire, selon le centre de documentation et d’information sur le tabac. Augmentation qui se poursuit depuis malgré la très bonne application de la loi.

On estime la contrebande à 3% au minimum des ventes de tabac. (Les cigarettes saisies par les douanes n’augmentent plus en 2007)

Au total on peut considérer que la consommation en France se situe autour de 60 milliards de cigarettes.

Rappelons qu’il y a encore en France entre 12 et 13 millions de fumeurs (1,3 milliards dans le monde.)

Bénéfice ou déficit pour l’état ?

Sur un coût de 5 euros, on a :

  • Fabricants 0,58 €
  • Débitants 0,40 €
  • TVA 0,82 €
  • Taxes 3,20 €

Soit plus de 4 Euros allant dans les caisses de l’état.

A partir de ces chiffres il est bien difficile de savoir le Coût social du tabac en France. On estime ce coût à 21 milliards d’euros, mais avec une marge d’incertitude de + ou – 8 milliards d’euros. En effet ces chiffres tiennent compte :

  • Des dépenses de santé (hôpital et ville)
  • Des dépenses de prévention.
  • Des pertes de revenus secondaires aux morts prématurés, aux arrêts de travail…
  • Des pertes de production sur les lieux de travail.
  • Des pertes de prélèvements obligatoires.
  • Des incendies, surtout incendies de forets, dans le sud.

Et encore, à ce niveau, on ne fait pas entrer le coût de la lutte contre les trafiquants etc.….

Or, en prenant le chiffre maximum de 70 milliards de cigarettes/an (on a vu que ce chiffre est plutôt de 60 milliards), on obtiendrait avec la TVA et les taxes un gain pour l’état ne dépassant pas les 14 milliards d’euros.

On peut donc en conclure que l’état, in fine, est déficitaire, mais sans que l’on puisse dire de combien.

Les débitants de tabac en France

Il y a 33000 débitants avec monopole de la vente pour qui le tabac représentait, en 2003, 59% de leur chiffre d’affaire.

La culture du tabac en France

5200 exploitants agricoles employant 40000 personnes en tenant compte des saisonniers. Surtout dans le sud-ouest (pour 55%), mais aussi Alsace, Dauphiné, pays de la Loire. La production varie de 24000 à 27000 tonnes (soit 8% de la production de l’union européenne.) avec chaque année de moins en moins de tabac brun qui ne représente plus que 15% du tabac produit en France.

Chiffres récents de l’OFDT (Rapport 2008)

1/ Ventes (2006)

3,3 cigarettes vendues par jour et par personne de plus de 15 ans.

Sur 65.700 tonnes de tabac vendues au sein du réseau des buralistes en 2006, l’essentiel (55.800 tonnes ou millions d’unités) est constitué de cigarettes. Le niveau des ventes est comparable à ceux de 2004 et 2005 après de fortes baisses entre 2003 et 2004 consécutives aux augmentations des prix.

Les achats transfrontaliers et la contrebande de tabac ont été estimés à 8 625 tonnes de tabac en 2004 et à 9 934 tonnes en 2005 (soit près de 10 milliards de cigarettes). En 2006, les services douaniers ont saisi 240 tonnes de tabac (dont 47 de contrefaçon), soit 17 % de plus qu’en 2005.

2/ fumeurs quotidiens (2005)

26,5 % des adultes de 18 à 75 ans et 33,0 % des adolescents de 17 ans sont des fumeurs quotidiens.

La consommation de tabac des adultes de 18 à 75 ans est en baisse par rapport à 2000. Les hommes demeurent plus souvent consommateurs quotidiens que les femmes (30,3% contre 22,9%).

La consommation de tabac a tendance à décroître avec l’âge.

A 17 ans, l’usage quotidien est en net recul par rapport à 2003; garçons et filles présentent désormais des niveaux de consommation comparables (33,6 % contre 32,3 %).

En 2003, les jeunes Français âgés de 15 à 16 ans présentent un taux d’usage quotidien de tabac comparable à celui de l’ensemble des adolescents européens.

3/ Arrêt (2006)

1,7 million de fumeurs par an ont recours à des médicaments d’aide à l’arrêt.

En 2006, les ventes en pharmacie de médicaments d’aide à l’arrêt du tabac se composent essentiellement de timbres transdermiques et de formes orales, le Zyban® (bupropion), disponible depuis fin 2001, ne concernant que 6 % des fumeurs substitués. Dix mois après sa mise sur le marché en février 2007, la part des ventes de Champix® (varenicline) est de 21 %

Les commentaires sont fermés.