Comment l’alcool agit sur l’organisme?

alcool1L’alcool est un produit psychoactif, c’est-à-dire qu’il agit sur le fonctionnement du cerveau : il modifie la conscience et les perceptions, et donc aussi les comportements. Les effets au moment où l’on consomme dépendent surtout de l’alcoolémie, c’est-à-dire de la concentration d’alcool dans le sang. Celle-ci varie selon la quantité d’alcool consommée, la vitesse de consommation et le fait d’avoir mangé ou non. De plus, chaque individu réagit différemment selon son état de santé, de fatigue, son humeur, etc.

À petite dose, l’alcool donne le sentiment d’être à l’aise, il provoque une sensation de détente, de plaisir, d’euphorie, voire d’excitation. Mais dès qu’on augmente les quantités consommées, il altère rapidement le jugement et le comportement : on se croit plus drôle, plus malin, plus fort et on commence à prendre des risques sans s’en rendre bien compte.
À forte dose, l’alcool provoque l’ivresse : les mouvements sont moins coordonnés, l’élocution se trouble, le champ visuel se rétrécit, les réflexes et la vigilance s’amoindrissent, on devient somnolent. Des nausées et des vomissements peuvent survenir. L’ivresse peut aussi prendre des formes plus inquiétantes avec des pertes de mémoire, des délires, des hallucinations.alcool2
À plus forte dose encore, la somnolence tourne au coma éthylique et, sans secours, on peut en mourir.

Enfin, comme toute drogue, sa consommation régulière peut progressivement entraîner :

– une tolérance : nécessité d’augmenter les doses pour ressentir le même effet ;
– une dépendance : impossibilité de s’abstenir de consommer sous peine de malaise, de souffrances psychologiques et/ou physiques.
Plus on commence à boire tôt, plus on risque de devenir dépendant à l’alcool par la suite. De plus, s’il y a un problème d’alcool dans sa famille, la probabilité d’avoir soi-même une consommation à risque est plus importante.
En cas de déprime, d’insomnies, de stress ou lorsqu’on est mal dans sa peau, on peut être tenté de boire de l’alcool pour se réconforter. Mais cela ne fait qu’aggraver la situation.

__________________________________

Extrait de « Alcool plus d’infos moins d’intox » (Euro RSCG C&O 210-08565-B)

Les commentaires sont fermés.