La sensation de faim…

On pense souvent à lutter contre nos envies de grignoter, de nous resservir à table ou tout simplement parfois de manger alors qu’on en a envie.

Et si, pour mieux gérer notre faim, on comprenait mieux ce qui la provoque ?

  • Elle se manifeste de plusieurs manières mais en général elle apparaît suite à une baisse du taux de glucose dans la veine porte (qui transporte le sang des intestins jusqu’au foie). Quand cette baisse atteint les 5%, les nerfs qui sont reliés à l’hypothalamus vont s’activer : c’est une étape primordiale puisque c’est cette partie du cerveau qui contrôle la faim. A ce moment-là, l’hypothalamus va libérer des neuromédiateurs spécifiques (peptide Y, hypocrétine, endocannabinoïdes) qui vont déclencher la recherche de nourriture.

 

  • Mais il y a d’autres phénomènes qui peuvent expliquer que l’on a faim. Par exemple, l’hormone de la ghréline, qui est produite par l’estomac, agit directement sur l’hypothalamus quand elle passe dans le sang. Cette piste est actuellement étudiée par les scientifiques parce qu’on ne connaît pas encore précisément ses mécanismes d’action.

 

Enfin, la diminution du taux de lipides dans les tissus adipeux, peut favoriser l’apparition de la sensation de faim. En effet, c’est à l’intérieur de ces tissus que l’on trouve nos principales réserves de graisse et donc d’énergie. Le cerveau sait que le taux de lipides a baissé grâce à une hormone appelée leptine.

Ces réactions sont purement physiologiques mais notre mental influence aussi très fortement notre envie et notre façon de manger. Par exemple quand on regarde l’heure et qu’on sait » qu’il est bientôt l’heure de manger, on s’ouvre plus facilement l’appétit. Nous sommes stimulés par notre horloge biologique. Il en est de même si l’on regarde une émission culinaire ou des photos de bons petits plats qui nous mettent l’eau à la bouche. De plus, la préparation des plats joue aussi à stimuler notre sensation de faim, les odeurs en particuliers.

 

Même lorsqu’on est en train de manger, notre corps réagit pour nous dire lorsque nous n’avons plus faim. L’estomac qui gonfle est pour le cerveau le signe que les besoins nutritionnels ont été satisfaits. Sinon ce sont des hormones (cholecystokinine ou le peptide glucagon-like-1) qui préviennent le cerveau que l’on est rassasié. Selon la constitution du repas, ces réactions physiologiques mettent plus ou moins de temps à se manifester. Par exemple si vous faites un repas qui contient beaucoup de protéines, le taux de glucose va rapidement baisser (l’intestin grêle produit du glucose ce qui provoque la sécrétion d’insuline). Après un tel repas on se sent « calé » et la sensation de faim disparaît pour un moment.

 

En conclusion, on comprend que pour apaiser sa faim, il faut manger ! Bien sûr raisonnablement, des aliments variés, et surtout en prenant le temps de savourer. Mais avoir faim c’est normal et il n’y a rien de plus naturel que de satisfaire ce besoin.

 

Source :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *