Binge drinking et comportements associés chez 3286 étudiants en Haute Normandie.

LOGO du site en forme de coeur

 

Une étude de Ta Santé en Un Clic !

Les études sur les caractéristiques du binge drinking et les comportements associés chez la population étudiante sont rares, particulièrement en France. D’où l’importance d’identifier les facteurs de risques du binge drinking (plus de 5 verres en moins de deux heures) au sein des universités et particulièrement les facteurs modifiables. L’objectif de cette étude était d’évaluer la fréquence du binge drinking ainsi que les comportements associés au sein d’un large  échantillon d’étudiants de Haute Normandie.

Pour cela une étude a été réalisée entre novembre 2009 et février 2013 avec un auto-questionnaire anonyme complété par des étudiants volontaires de Haute-Normandie sous forme électronique ou papier (au Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé de Mont Saint Aignan). Les caractéristiques socio-économiques ainsi que les facteurs de risques comportementaux : alcool (consommation, mésusage, binge drinking) ; tabac ; cannabis ; cyberaddiction ; stress ; dépression ont été recueillis.

3626 étudiants ont participé à l’étude (moyenne d’âge de 21 ans environ avec deux tiers de femmes). Un étudiant sur deux avait un binge drinking occasionnel (1fois/mois au moins) et un sur 7 un binge drinking fréquent (plus d’une IMG ours bourréfois/mois).

Une corrélation positive a été retrouvée entre des binge drinking fréquents et les étudiants de sexe masculin (4 fois plus de risque que les étudiantes), les étudiants  habitant  en location (plus à risque que ceux habitant chez leurs parents), les étudiants d’école de commerce, les étudiants qui faisaient au moins une fois par semaine du sport, les fumeurs, les utilisateurs de cannabis. Par contre être boursier et vivre en couple diminuaient le risque d’avoir un binge drinking fréquent.

Cette étude souligne la diffusion de la pratique du binge drinking parmi les étudiants et identifie les populations à risque : homme, vivant en location, pratiquant régulièrement une activité physique, ayant des comportements à risques concomitants tels que la consommation de tabac, de cannabis et d’alcool.

Ces résultats ont étépubliés IMG article du bmpdans le BMC Public Health  2016; 16:178. 

Pour ceux qui veulent lire en détail vous trouverez ici le lien direct vers l’article (publié en anglais)

AZS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *