L’éclairage artificiel mauvais pour notre sommeil

Comme nous l’avons déjà évoqué dans notre dernier article sur le sommeil des étudiants (Le sommeil des étudiants), nos nuits de sommeil sont largement perturbées par la présence de nos appareils électroniques. Quand ce n’est pas la télévision, c’est la tablette, l’ordinateur  ou le téléphone qui nous dérangent : ils nous maintiennent éveillés, en alerte et leur lumière retardent notre endormissement.

Mais une récente étude américaine a également démontré que nous avons perdu une heure de sommeil depuis que nous avons inventé l’éclairage artificiel. Quand on y pense c’est une évidence ! Avant l’électricité, dès que la nuit tombait, on était bloqués dans nos activités et donc obligés d’aller se coucher. Et on se levait avec la lumière du soleil.

Aujourd’hui, même en plein hiver quand la nuit tombe vers 17h, rien ne nous empêche de veiller jusqu’à minuit. Utiliser l’électricité est un réflexe aussi commun que d’ouvrir le robinet pour avoir de l’eau potable.

Les chercheurs de l’Université de Washington ont donc évalué à quel point notre éclairage artificiel influe sur la durée de notre sommeil. L’équipe composée de biologistes, neuroscientifiques et anthropologues venant de plusieurs universités en Argentine et aux États-Unis a étudié le sommeil et les activités quotidiennes de deux communautés d’indigènes vivant dans le Chaco, une région montagneuse du nord de l’Argentine.

Ces deux tribus de l’ethnie Toba forment une des dernières populations de chasseurs-cueilleurs. 50 kilomètres les sépare d’un mode de vie assez semblable sauf que l’une des deux a accès au réseau électrique 24 heures sur 24, alors que l’autre ne s’éclaire qu’avec la lumière naturelle du soleil.

L’équipe leur a rendu visite à ces deux populations pendant une semaine d’été (en novembre 2012, proche du solstice d’été austral) puis une semaine d’hiver (en août 2013, proche cette fois du solstice d’hiver austral). Pour leur étude, les scientifiques ont utilisé des bracelets-traceurs d’activité et enregistré minute par minute l’exposition à la lumière et l’activité de chaque participant. Chaque participant avait aussi pour mission de tenir un journal quotidien où il fallait écrire l’heure de coucher et de réveil (et les siestes pendant la journée).

Les résultats ont démontrés que ce sont les habitants du village connecté au réseau électrique qui dorment moins que leurs contreparties éclairées naturellement, aussi bien en été (moins 43 minutes) qu’en hiver (56 minutes de moins). C’est presque une heure de sommeil en moins au quotidien ! C’est bien l’éclairage électrique qui entraine un plus fort éclairage le soir.

L’industrialisation et la modernisation de notre société nous a donc bien conduit à modifier notre sommeil au cours des siècles, l’invention et la présence de l’électricité dans nos foyers étant le facteur majeur. Néanmoins l’étude révèle que cela n’a pas changé nos besoins en sommeil : on a toujours besoin de plus de sommeil en hiver qu’en été.

Le problème c’est que nos besoins en sommeil sont restés les mêmes mais ne sont plus satisfaits. Et pendant l’hiver plus les journées sont courtes plus nous utilisons l’éclairage artificiel et retardons le coucher.

Il ne tient plus qu’à nous d’être attentifs aux besoins de notre corps et d’appuyer sur l’interrupteur quand c’est nécessaire !

Un pantin articulé en bois croise les bras, avec une cravate noire et une tête qui est une ampoule illuminée

Source :

http://www.science-et-vie.com/2015/06/leclairage-artificiel-fait-perdre-une-heure-de-sommeil-par-nuit/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *