De nouveaux autotests de dépistage du VIH en pharmacie

Un nouvel outil de dépistage est aujourd’hui à disposition en pharmacie : les autotests de dépistage du VIH sont en vente. L’initiative a été lancée après des études dont les résultats alarmants ont démontré qu’aujourd’hui 30 000 personnes sont infectées par le VIH en France sans le savoir.

C’est outil est bien sûr un complément aux tests sanguins habituels ainsi que les tests d’orientation diagnostiques. Le meilleur moyen de se protéger du virus étant d’utiliser un préservatif. Le fait que ce test soit vendu en pharmacie permettra de mieux informer et aider les patients, trop souvent livrés à eux-mêmes et qui n’osent pas poser de questions.

Ces tests seront en vente en pharmacie mais ils seront disponibles gratuitement dans les structures de prévention et dans les associations de patients qui luttent contre le VIH. Cette mise à disposition a pour but d’assurer aux personnes les plus démunies mais les plus exposées l’accès à cet outil (ce sont justement ces personnes qui d’habitude ont le plus de mal à avoir accès aux soins et aux outils de prévention).

Le Conseil National du Sida (CNS), le Conseil Consultatif National d’Ethique (CCNE), l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) ainsi que la Haute Autorité de Santé (HAS) ont validé la commercialisation de ces tests.

Comment ça marche ? Les tests sont disponibles pour tous, ils doivent être utilisés de chez soi et c’est la personne qui effectue le test qui doit réaliser elle-même le prélèvement et analyser le résultat. Pour être sûr que le résultat est positif il faut obligatoirement effectuer un test conventionnel, comme par exemple Elisa. Un résultat négatif ne pourra pas être interprété si la prise de risque date de moins de 3 mois.

Dessin d'une pharmacienne devant une étagère pleine de médicaments

Où s’en procurer ? Si vous en avez les moyens, dans la pharmacie la plus proche de chez vous, le prix se situant entre 25 et 28 € (les tests sont uniquement mis en vente par le laboratoire AAZ et ne peuvent être délivrés que par le pharmacien). Pour ceux qui ne peuvent pas y accéder à cause du prix, rendez-vous dans les associations régionales de prévention et prises en charge des addictions et vous pourrez en obtenir gratuitement.

Source : http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/communiques,2322/marisol-touraine-annonce-la-mise-a,18029.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *