L’orthorexie

Le terme orthorexie vient du grec « ortho » qui signifie « correct » et « orexie » qui veut dire « appétit ». C’est le Docteur Steven Bratman qui en 1997, fut le premier à parler de l’orthorexie pour décrire un nouveau comportement alimentaire déviant.

Les orthorexiques ont des comportements similaires aux anorexiques et aux boulimiques : ils ont des réactions obsessionnelles et on tendance à se punir très sévèrement quand ils ont fait un écart à leur régime alimentaire. Mais alors que les anorexiques et les boulimiques sont obsédés par les quantités de nourriture qu’ils ingèrent, les orthorexiques sont eux focalisés sur la qualité.

Les personnes qui développent ce trouble peuvent chercher à soigner ou apaiser un problème de santé par un nouveau régime alimentaire ou tout simplement vouloir manger plus sain (souvent dans une quête de pureté personnelle). Ils établissent un programme alimentaire très strict, avec de nombreuses règles auxquelles ne jamais déroger. Ils planifient des jours à l’avance ce qu’ils vont manger, comment et où ils vont l’acheter. Dans de nombreux cas, ils ont même sur eux un repas de secours, en cas de déjeuner ou dîner imprévu. En effet, ils ne supportent pas de manger des aliments qu’ils n’ont pas eux-mêmes préparés parce qu’ils ne peuvent pas savoir les graisses, les sucres et les produits chimiques qu’ils contiennent.

A l’instar d’autres troubles alimentaires bien définis, l’orthorexie apparaît de manière croissante chez des filles au moment de l’adolescence. Elles peuvent commencer en ayant l’idée de bien faire : manger sainement pour avoir un esprit sain dans un corps sain. Mais les dérives se multiplient quand elles voient qu’elles perdent du poids, qu’elles sont plus minces et ressemblent aux filles présentes dans nos médias contemporains.

A l’heure actuelle il n’existe pas de critères de diagnostics reconnus pour l’orthorexie, qui reste encore méconnue du grand public. Afin de déterminer si une personne en souffre, il faut consulter un spécialiste (médecin nutritioniste) qui posera des questions sur le style de vie, le régime alimentaire, l’entourage et cherchera à déterminer s’il n’y a pas un autre trouble plus grave. Le Docteur Bratman a établit un questionnaire de dépistage pour aider les spécialistes mais aussi les patients, à comprendre leur relation avec la nourriture (il faut répondre oui ou non à chaque question) :

– Passez-vous plus de 3 heures par jour à penser à votre régime alimentaire ?

– Planifiez-vous vos repas plusieurs jours à l’avance ?

– La valeur nutritionnelle de votre repas est-elle à vos yeux, plus importante que le plaisir de le déguster ?

– La qualité de votre vie s’est-elle dégradée, alors que la qualité de votre nourriture s’est améliorée ?

– Êtes-vous récemment devenu plus exigeant(e) avec vous-même ?

– Votre amour-propre est-il renforcé par votre volonté de manger sain ?

– Avez-vous renoncé à des aliments que vous aimiez au profit d’aliments «sains» ?

– Votre régime alimentaire gêne-t-il vos sorties, vous éloignant de votre famille et de vos amis ?

– Éprouvez-vous un sentiment de culpabilité dès que vous vous écartez de votre régime ?

– Vous sentez-vous en paix avec vous-même et pensez-vous bien vous contrôler lorsque vous mangez sain ?

Si vous avez répondu « oui » à 4 ou 5 des 10 questions ci-dessus, vous savez désormais que vous devriez adopter une attitude plus détendue vis-vos de votre alimentation.

Si vous avez répondu « oui » à plus de la moitié c’est que vous êtes peut-être orthorexique. Il est alors conseillé de vous tourner vers un professionnel de la santé afin d’en discuter.

Afin de ne pas basculer d’un extrême à l’autre, il faut faire preuve de modération. On peut s’acheter des produits qui ne sont pas tout le temps biologiques et manger du gras ou du sucre de temps à autre. Si l’ont veut vraiment changer de régime alimentaire il faut le faire progressivement, avec l’aide d’un médecin et d’un nutritionniste, pour bien adapter ce que l’on mange à nos goûts mais aussi notre style de vie.

Une fille avec un tablier sourie en tenant une orange, devant elle, une table recouverte de fruits et de légumes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *