L’addiction au sucre

Notre alimentation contemporaine n’est pas seulement saturée de mauvaises graisses : le sucre est présent partout. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé nous en consommons bien plus que la quantité journalière recommandée, soit 50g par jour.

Consommé à forte dose, le sucre augmente les risques d’obésité, de diabète et de troubles cardiovasculaires, mais peut aussi favoriser à long terme être à l’origine de survenue de cancer. Son pouvoir addictif rend difficile la baisse de sa consommation, d’autant plus qu’il est présent dans bien plus de produits que nous le croyons (sucres raffinés, sauces, conserves, plats préparés). Plus on en mange, plus on en a envie, et en général on est tenté par des produits industriels sucrés quand on a des fringales (chocolat, barres de céréales, viennoiseries, etc.

Une assiette remplie de muffins au chocolat

Le corps humain n’est pas fait pour manger des sucres raffinés, et surtout pas en grande quantité. Quand on mange un alimenté sucré on fait monter sa glycémie (taux de sucre dans le sang) de façon trop élevée. Si ce taux monte trop haut, il peut devenirt dangereux. Le corps produit alors de l’insuline, dont le rôle est de baisser ce taux de sucre dans l’organisme.
Plus on mange sucré, plus la dose d’insuline sera forte, et plus la glycémie va baisser. Conséquence de ce processus : une hypoglycémie réactionnelle. Quelques heures après avoir mangé sucré, on a un coup de barre et une fringale, des envies compulsives d’aliments sucrés.

Pour mieux manger, il faut pouvoir analyser ce qu’on va mettre dans notre assiette. Voici un petit rappel des sucres présents dans les produits industriels :

  • Le fructose Ce sucre naturel se trouve principalement dans les fruits et le miel.
  • Le glucose Principale source d’énergie de l’organisme, il provient de l’alimentation mais les aliments n’en contiennent pas naturellement, sauf le raisin. On le trouve dans des glucides complexes comme le maltose et l’amidon. Le sirop de glucose-fructose est en fait de l’isoglucose : 58 % de glucose et 48 % de fructose. Son pouvoir sucrant est identique à celui du saccharose.
  • Le lactose On le trouve dans le lait de vache, de chèvre, de brebis, le fromage, les yaourts. Mais il est aussi présent dans de la charcuterie (saucisses et autres…), des pâtisseries, des gâteaux, des glaces et même certains sorbets. Enfin, on peut le trouver dans des plats préparés (barquettes, conserves…), en particulier ceux à base de purée ou de pomme de terre.
  • Le saccharose Naturellement présent dans les végétaux, c’est l’un des produits issus de la photosynthèse. Il est présent dans les fruits, les dattes, la banane, le raisin mais il peut aussi s’accumuler au niveau des racines et des tubercules (carottes, betteraves, patate douce) ou dans les tiges (canne à sucre). Les seules sources végétales exploitées pour produire du saccharose relativement pur sont la betterave sucrière et la canne à sucre.

Voici quelques astuces pour consommer du sucre raisonnablement :

–  Ne pas bannir définitivement tous les sucres de son assiette, ils ne sont pas tous mauvais. En effet, les sucres contenus dans les fruits et le lait (respectivement le fructose et le lactose) sont bien absorbés par l’organisme. Il faut également faire le plein de glucides complexes et de fibres, présents dans les céréales complètes, les fruits et les légumineuses.

–   Remplacer certaines habitudes : par exemple, remplacer un yaourt déjà sucré par un yaourt entier nature, les céréales sucrées du supermarché par des flocons d’avoine natures (sucrés avec un fruit coupé en morceaux), une pâtisserie ou un petit pain au chocolat par une petite pomme et une poignée de noix, une coupe de glace au chocolat par une poignée de fraises trempées dans du chocolat bien noir fondu.

–   Eviter de consommer de l’aspartame: il contient peu de calories mais le goût sucré qu’il donne aux aliments réveille l’appétit et peut provoquer des hypoglycémies réactionnelles. On peut le remplacer par de la stevia ou du sirop d’agave, plus naturels et moins addictifs.

–  Ne pas se jeter sur les produits light : ils contiennent très peu de calories mais ils envoient les mêmes réponses que le sucre à l’organisme. Ils facilitent le stockage et entretiennent l’addiction au goût sucré.

–  Diminuer la consommation progressivement. Il est impossible d’arrêter d’en manger brutalement du jour au lendemain sans craquer psychologiquement. Mais en plus, on peut avoir des maux de tête, des sautes d’humeur et une anxiété accrue.

–   Baisser sa consommation de boissons sucrées. Tous les sodas contiennent bien trop de sucres, arrêter d’en boire est non seulement bénéfique pour l’organisme mais aussi pour la ligne. Enfin, il faut essayer de sucrer moitié moins son chocolat chaud et son thé et préférer le jus d’une orange pressée à un jus de fruits concentré.

–  Surveiller son niveau de stress : quand il augmente, on a tendance à avoir envie de manger quelque chose de sucré. Alors avant de se jeter sur une barre de céréales au chocolat ou un croissant, respirez profondément 5 fois pour vous calmer.

Un verre de smoothie au premier plan avec derrière une grande salade composée

Garder un bon rythme de sommeil : l’idéal c’est de dormir 8 heures par nuit, mais ce n’est pas évident de s’y tenir tous les jours. Néanmoins il faut essayer : il a été prouvé que le manque de sommeil augmente les fringales et amène à se diriger vers des aliments davantage sucrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *