Alcool et grossesse

Femme enceinte, ventre découvert, un verre de vin dans une main, une cigarette dans l'autre

Une enquête menée par l’INPES et la MIDELCA en France en 2015 a démontré que les méfaits de l’alcool pendant la grossesse sont encore bien méconnus et sous estimés en France.

D’après les résultats, la plupart des Français considèrent que la consommation d’alcool n’est pas mauvaise pour le bébé (même si le degré de consommation varie d’un verre de façon occasionnelle à un verre tous les jours). Il n’y a qu’un quart de la population qui affirme que c’est un comportement dangereux pour le futur nourrisson.

Même si les Français savent qu’une consommation excessive au cours de la grossesse peut avoir des répercussions, seuls 86% d’entre eux connaissent les risques à long terme. Plus grave, 37 % pensent que des problèmes peuvent apparaître pour le nouveau né uniquement s’il y a une consommation quotidienne. De plus de vieilles idées reçues sont encore bien présentes dans les esprits: 27% des Français pensent qu’il est conseillé de boire un petit verre de vin de temps en temps pendant la grossesse et 25% qu’il est conseillé de boire un peu de bière pendant la période d’allaitement. Des chiffres et des données alarmantes quand on connait les conséquences.

En effet, une ingestion d’alcool, même si elle n’est qu’unique et légère pendant la grossesse peut avoir de graves effets sur la santé du bébé: un faible poids à la naissance, des retards de croissance, des anomalies faciles, des malformations de la boîte crânienne et de l’encéphale, des troubles nerveux… Les dommages causés sur le système nerveux central peuvent être particulièrement lourds: un retard de développement, des déficits intellectuels et des troubles de l’apprentissage, une hyperactivité, des troubles de l’attention et/ou de la mémoire, des difficultés à résoudre des problèmes ou encore des difficultés à maîtriser sa colère.

Des outils d’information sont mis en place pour mieux informer des dangers liés à l’alcool et la grossesse. Par exemple depuis 2006 toutes les bouteilles d’alcool portent une mention préconisant l’absence de consommation pendant la grossesse. Seul hic: la moitié des Français ne sait même pas que cette mention existe.

Il est donc primordial d’ouvrir un dialogue dès le début de la grossesse avec les futures mamans. L’équipe médicale qui les encadre joue un rôle primordial dans ce processus d’information. L’intérêt est de rappeler que tout comme la cigarette, l’alcool est nocif pour la santé du bébé et il faut être vigilant à l’exposition à de l’alcool pendant la période prénatale. L’entourage de la femme enceinte doit aussi être bien informé pour l’aider dans cette démarche. Certaines femmes peuvent aussi avoir besoin d’un suivi particulier (antécédents de problèmes d’alcool ou environnement familiale propice à la consommation) pendant leur grossesse mais aussi à l’arrivée du bébé.

La consommation d’alcool est toujours en forte hausse, surtout chez les jeunes et les femmes sont de plus en plus concernées. Plus vulnérables pendant leur grossesse, elles ont besoin d’être bien informées et suivies.


Source

http://f.info.drogues.gouv.fr/o/?s=1245-371b-20CB-5cc80c7c-15e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *