Des risques pulmonaires dès la 1ère cigarette

Fumer une seule cigarette entraine t-il des conséquences néfastes pour la santé?

Des chercheurs grecs se sont penchés sur la questions. Leur étude regroupait 16 jeunes adultes de 23 ans en moyenne, ne présentant aucun antécédent de tabagisme (ou en très faible quantité).

jeune femme allumant une cigarette

La diminution de la concentration de monoxyde d’azote dans l’air expirée constitue un marqueur de l’inflammation bronchique. Ceci est observé chez l’ensemble des fumeurs, quelque soit l’âge, le sexe et la quantité de cigarettes fumées.

L’étude s’est en partie basée sur cet indicateur. Après avoir fumé une seule cigarette, une diminution de 15% de la concentration de monoxyde d’azote dans l’air expirée a été observé en moyenne chez les 16 volontaires. Cette étude confirme ainsi l’impact négatif et immédiat du tabac pour les poumons, même après n’avoir fumé qu’une unique cigarette.

Il n’existe donc pas de consommation de tabac sans danger. D’autant plus que de nos jours, les jeunes commencent à fumer de plus en plus tôt vers 14 – 17 ans, alors que le cerveau n’a pas terminé de se développer. La dépendance à la nicotine peut alors venir s’inscrire dans le cerveau et s’installer à vie.

 

Sources: Sue Roberts. Smoking a single cigaretten may have immediate effect on young adults. 77th annual meeting of the American College of Chest Physiciants. Chest. 24/10/2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *