La cyber war fait des ravages

Soldat au combat sur un ordinateurBeaucoup de jeux virtuels sont violents et proposent une situation virtuelle au plus proche de la réalité. Les principaux risques tels que le surpoids, l’obésité ou encore le troubles psychiatriques et l’augmentation de la violence, sont assez connus. Ce qui l’est moins en revanche c’est le risque direct sur la santé des joueurs. C’est ce que montre ce premier rapport sur une maladie potentiellement mortelle, après une exposition à un jeu vidéo violent.

En effet, après avoir réalisé un jeu en ligne consistant à mener plusieurs combats successifs à mort toutes les 5 minutes pendant plusieurs heures contre 4 autres adversaires inconnus,  un homme de 30 ans qui ne présentait aucun facteur de risque antérieur a été victime d’un stress très important provoquant de forte douleurs thoraciques. A son arrivée aux urgences, les médecins diagnostiquent une cardiomyopathie aiguë induite par une situation de stress. Quatre semaines plus tard, sa fonction cardiaque est redevenue quasi-normale, survivant ainsi à un événement potentiellement mortel.

Alors pourquoi jusqu’alors aucun événement cardiovasculaire grave n’ait été associé au fait de jouer à des jeux vidéo violents? Ceci pourrait être expliqué par le fait que les joueurs de jeux vidéo violents sont essentiellement jeunes et en bonne santé.

Ce rapport fournit une preuve que les jeux vidéo violents n’ont pas uniquement des effets néfastes sur le comportement des utilisateurs et sur leur santé à long terme, mais peuvent aussi engendrer des pathologies aiguës mortelles, dont les symptômes caractéristiques sont un stress extrême et de fortes douleurs thoraciques.

 

Source: Grander W, Schwaiger J, Seeber J, W. Dunser M. Cyber war – When virtual fear of death turns into a real threat of life. International Journal of Cardiology 149 (2011) e16-e17.

Une réponse à La cyber war fait des ravages

  1. Max dit :

    Fo pas généraliser ! C just un cas…
    Limite ça prouve que le stress peut nuire à la santé. Mais déclarer la source du stress comme dangereux est un raccourci un peu trop facile à mon goût

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *