Limiter les dangers en soirée

 

L’organisation des soirées étudiantes et la prévention des risques routiers, tel est le titre de l’étude réalisée par le CREDOC l’an passé dans l’objectif d’améliorer la mise en place d’actions de prévention au cours des soirées étudiantes.

Si les 18-24 ne représentent que 9% de la population, ce sont pourtant 21% des tués sur la route, et ce le plus souvent dans la nuit du samedi au dimanche en sortant de soirée. En premier accusé :  l’alcool, il s’agit du premier facteur de risque causant ces accidents.

Mais du coté des étudiants, que serait une soirée sans alcool? Il s’agit de l’élément clé de la réussite d’une soirée étudiante et les organisateurs n’hésitent pas à négocier les prix pour pouvoir proposer les boissons alcoolisées à tarifs très attirants.

Alors comment diminuer le risque de survenu de ces accidents mortels? De plus en plus d’organisateurs de soirées ont recours à la mise en place d’actions de prévention, malgré cela 1/3 d’entre eux  n’en n’ont jamais proposées. Au programme le plus souvent, la mise en place d’un système de capitaine de soirée, la mise à disposition de transports gratuits ou à prix réduits, l’arrêt du service d’alcool après une certaine heure ou encore la présence directe d’une association de sécurité routière.

L’élément important qui ressort de cette étude, et qui correspondrait aux attentes des étudiants, est qu’ il serait plus judicieux de privilégier les actions de prévention limitant l’utilisation d’un véhicule personnel, que celles limitant la consommation des boissons alcoolisées.

Pour proposer et adapter une action de prévention de manière optimale,  il existe des formations proposées aux organisateurs de soirées, par exemple dans la plupart des sites universitaires… des formations encore trop peu fréquentées actuellement.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du service de médecine préventive de votre établissement !

Vous pouvez également consulter les sites http://www.driveandparty.com et http://www.yoomoove.com qui proposent de sécuriser vos déplacements en soirées, en invitant les jeunes à se rassembler autour d’un covoiturage, sous la responsabilité du conducteur qui sera désigné et qui s’engage à ne pas consommer d’alcool et de drogue durant la soirée!

Source:  L’organisation des soirées étudiantes et la prévention des risques routiers – Etude réalisée par le CREDOC pour  les Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention.

3 réponses à Limiter les dangers en soirée

  1. Alexis dit :

    Bonjour,
    Je vois principalement deux types de dangers liés à l’alcool pour les étudiants :
    – La consommation excessive (Binge Drinking)
    – Les risques routiers (ce dont vous parlez dans l’article)

    Pour ce dernier, il semble en effet assez pertinent de varier la communication sur la limitation de l’usage du véhicule. Néanmoins, au vu du premier danger cité, la prévention sur la consommation d’alcool reste incontournable à mon sens, notamment dans l’optique de responsabiliser les étudiants.

    Cette étude démontre t’elle comment effectuer cette prévention et quelles solutions proposer aux étudiants ???

    Il serait alors peut-être intéressant de promouvoir auprès des étudiants des sites comme http://www.youmoove.com et auprès des établissements (structure accueillant soirées) des sites comme http://www.driveandparty.com.

    Amicalement,

  2. Laure Richard dit :

    Bonjour Alexis,

    Il est évident que le binge drinking constitue un risque important pour les jeunes. Cependant, cette étude réalisée par le CREDOC s’oriente essentiellement sur les risques routiers, etl’objectif principal est de repérer et quantifier les pratiques des organisateurs de soirées festives en termes de prévention.
    La proposition de nouveaux axes de prévention pour renforcer la lutte contre l’alcoolisme des jeunes conducteurs devrait être mise en place prochainement. L’étude a en effet permis de repérer les pratiques déjà mises en place, et d’analyser les leviers permettant d’améliorer ces pratiques.

    Les principaux constats sont que les actions de prévention sont loin d’être systématiques et restent limitées à quelques bonnes pratiques. De plus les principales actions développées comme la mise en place du système de capitaine de soirée, ne sont pas connu de tous, ou du moins partiellement.

    Suite à cette étude, trois axes ont alors été identifiés comme essentiels à prendre en compte:
    – l’amélioration de la connaissance des outils et des soutiens possibles aux actions de prévention.
    – la communication et l’ancrage des pratiques de prévention dans la routine de l’organisation, afin de « normaliser » la mise en place d’actions de prévention.
    – la sensibilisation des lieux d’accueil, afin d’inciter les lieux les plus mobilisés pour les soirées, à mettre en place de telles actions.

    L’alcool constitue un élément essentiel lors d’une soirée du point de vue des étudiants, et c’est d’ailleurs ce point qu’utilisent les organisateurs pour attirer les jeunes. Mais il serait également important d’accentuer les actions de prévention sur les quantité ingérées et la responsabilisation des étudiants sur leurs consommations, afin de limiter les risques lié à la pratique du binge drinking.
    Dans tous les cas, les actions visant à réduire le risque routier semblent plus simples à mettre en place, et permettent de plus, de réduire de façon non négligeable le risque vital pour les jeunes.

    Merci beaucoup pour l’échange de ces sites internet qui s’impliquent également dans la prévention du risque routier, en proposant de rassembler les jeunes autour du covoiturage par la responsabilité que prend le chauffeur de ne pas consommer d’alcool et de drogue durant la soirée. Je me permets d’inviter les étudiants à consulter ces sites, en les mentionnant à la fin de cet article.

    Merci pour ce commentaire.

    Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *