Des fruits contre les bactéries

Un récent article de l’ANSES fait état de l’avancée des connaissances scientifiques sur la prévention des infections urinaires via un fruit : la canneberge (ou cranberry).  Les infections urinaires sont fréquentes principalement chez les femmes (40 à 50 % d’entre elles ont au moins une infection durant leur vie).

La canneberge aurait donc pour effet de limiter l’adhésion des bactéries sur les parois  épithéliales :

Les produits à base de canneberge diminuent l’adhésion de certaines bactéries responsables d’infections urinaires sur les parois des voies urinaires.
Les études expérimentales montrent en effet que les produits à base de canneberge (jus, nectars de jus ou extraits) ou les urines de personnes ayant consommé ces produits inhibent l’adhésion de certaines bactéries E. coli aux cellules des voies épithéliales. Cet effet est lié à la présence, dans les produits à base de canneberge, de substances anti-oxydantes appelés proanthocyanidines (PAC) responsables de l’effet anti-adhésion.

Cependant, l’ANSES tempère ces déclarations en annonçant que les études menées sur le sujet sont insuffisantes pour tirer des conclusions : lacunes méthodologiques, absence de placebo, effectif trop faible,…

L’allégation « La consommation de canneberge a un effet préventif sur les infections urinaires » n’est pas valable à ce jour en attendant de nouvelles études solides. L’allégation délivrée en 2003 est par contre toujours acceptable : « La canneberge contribue à diminuer la fixation de certaines bactéries E.coli sur les parois des voies urinaires » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *