Stress et calvitie

Une protéine antistress, l’astressin-B, pourrait être utilisée dans l’avenir comme traitement contre la calvitie. Cette découverte s’est faite, comme beaucoup d’autres avant elle, par hasard. En effet, une expérience sur l’effet gastro-intestinal du stress a amené les chercheurs à faire subir à des souris un stress intense leur faisant perdre une partie de leur pelage. Afin de stopper ce stress, les chercheurs ont injecté l’astressin-B pour étudier son effet gastro-intestinal et ils se sont alors aperçus que le pelage des souris réapparaissaient. De nouvelles études devraient donc être lancées dans les prochaines années pour connaître le véritable effet de cette protéine anti-stress sur certains types de calvitie.

Les commentaires sont fermés.